Notre histoire

De Martial Becquart à l’entreprise Auboi

Depuis l’achat de son premier combiné à bois à l’adolescence, Martial Becquart n’a pu se sortir de la tête l’idée que le travail du bois était son choix de vie. Il réalise très tôt nombre de boîtes, coffres, commodes avec des bois de récupération, mais suit pourtant des études et une carrière dans l’industrie.
En 1995 il décide de revenir à sa passion et ouvre son ébénisterie Auboi.
Après 20 années de travail dans l’industrie, gestion de production et direction technique, dans le secteur de la filature puis de la cartonnerie, Martial Becquart ouvre son ébénisterie, la société Auboi.

Dans un premier temps, il répond aux diverses demandes et réalise, des bibliothèques, lits, bahuts, des cuisines, salle de bain, dressing, des escaliers, portails et autres agencements de magasins ….

Pourquoi AUBOI, nous demande t’on souvent ?

Plusieurs éléments étaient à prendre en compte lors du choix de l’enseigne:
Le bois pour l’ébénisterie,
Un nom court, facile à retenir,
Un nom qui commence par une des premières lettres de l’alphabet. En 1995, Internet n’existait pas, et il était nécessaire d’être dans les premières lignes de l’annuaire et du minitel lorsqu’on démarrait une activité,

Mélomane, Martial aime également la résonance avec l’instrument de musique.

Dans un premier temps, il répond aux diverses demandes et réalise, des tables, des cuisines, salle de bain, bibliothèques, lits, bahuts, dressing, des escaliers, portails  ….

Dans le même temps, il développe une conception du meuble bien à part qui lui permet de se démarquer et de proposer des meubles différents, « les Autres Meubles », ceux qui n’existent pas encore, ceux dont on a rêvé.
Ce qu’il aime, c’est analyser le besoin des gens, étudier et concevoir des meubles ergonomiques, fonctionnels et bien sûr esthétiques. Il s’attache à l’évolution des techniques anciennes pour les adapter à notre temps. Martial Becquart est un précurseur. Très tôt, alors que l’informatique n’était pas encore entrée dans nos maisons, Il a proposé des meubles destinés à intégrer ordinateur, unité centrale, écran …. dans des meubles sobres, épurés.
Petit à petit, Martial Becquart développe sa ligne de meuble en associant deux essences de bois, le chêne et le frêne. La ligne est sobre et élégante.

L’atelier de Maulévrier Sainte Gertrude est trop petit pour honorer ces demandes.

En 2000, l’ébénisterie déménage vers un atelier à Yvetot.

Mais les « géants » des meubles arrivent sur le marché faisant perdre la notion du prix réel du travail. Nombre d’ébénisteries ferment.
Parallèlement à l’ébénisterie, Martial développe une autre passion, la peinture
N’ayant que peu de temps à consacrer à sa passion, il imagine un meuble lui permettant de réunir tout son matériel à portée de main et son travail en cours toujours prêt.
En 2004, il réalise le premier prototype d’un « meuble-atelier », meuble qui regroupe des espaces de travail et des tiroirs afin de ranger tout son matériel de peinture. Ce concept enthousiasme son entourage et ses amis artistes peintres l’encouragent à proposer le meuble à un public plus large. Nous décidons de tenter un « virage » en proposant ce concept.
Une première publicité dans Artiste magazine confirme le désir de ce meuble.

Nous décidons de déposer le modèle à l’INPI et l’OHMI avant de faire de nombreux salons pour présenter ce nouveau concept.

Les meubles sont produits en petites séries, de nouveau, il y a un problème de place et se manifeste le besoin d’un atelier de montage qui sera construit dans notre jardin.
Pendant 14 ans, l’ébénisterie s’adapte à ce fonctionnement en deux ateliers.

En 2018, commence la construction d’un atelier regroupant les deux, sur une zone artisanale, à proximité d’Yvetot, la zone Caux Multipôles, 160 rue de la Chapelle à Auzebosc.

mail phone ico-menu ico-close